Visite guidée de Charleville

En arrivant à  Charleville - Mézières , prenez  la direction :  Nouzonville - Monthermé et rejoignez le parking gratuit de la Place des Droits de l'Homme .

De là vous pourrez découvrir à pied et sans fatigue , le coeur historique et commercial de la ville et profiterez à loisir des monuments , musées, parcs , cinémas , bowling, théatre , médiathèque et piscine de la cîté carolomacérienne .

Votre promenade commence au bord de la Meuse ( fleuve pour les Belges, rivière pour la France ... ) . Vous parcourez l' ancien quai de la Madeleine où se trouve la maison qu' habitait " le poète aux semelles de vent "  .

De son balcon , " l'enfant terrible de Charleville "  pouvait voir  le Vieux moulin ( 17e s) 

 

 

sans savoir qu'il deviendrait un jour ... 

le musée  ... Rimbaud .

 

Remontez  la rue du Moulin à droite pour découvrir  la Place Ducale .

 

De pur style Louis XIII , elle doit sa ressemblance avec la célèbre Place des Vosges à Paris, à son architecte Clément Métézeau,  frère de celui du roi de France !

 

Pour découvrir la Place Ducale , joyau de l'architecture civile du 17e s , il est conseillé d'en faire le tour en commençant par la droite . Votre premier arrêt sera pour visiter le pavillon d'angle ouvert au public . 

 

Le bâtiment abrite la Vitrine touristique du Conseil Général . Profitez -en pour y demander  un plan de ville et montez au 1er ( ascenseur ) pour admirer la vue sur cette place de près d'un hectare !

 

La Place Ducale a été bâtie de toutes pièces selon la volonté de Charles , fils d'une richissime famille Italienne , Les Gonzague , venue s'installer en France à la Renaissance comme l' avaient fait avant eux les Médicis .

 

 

Charles de Gonzague, déjà  Duc de Mantoue ( Italie ) et Prince de Nevers ( France ) décida de créer en 1606 , une ville totalement nouvelle , au plan en damier , totalement inédit à l'époque et qui en fait aujourd' hui en France , un exemple unique d'architecture urbaine du 17e siècle .

 

En sortant de la vitrine du Conseil Général , vous vous dirigez vers la partie dite " inachevée " de la Place Ducale .

                                 

A l'emplacement de ce qui devait être le Palais ducal , 2 bâtiments . L'un abrite le Syndicat d'initiative avec en dessous une galerie artistique  " au caveau " , l'autre , les locaux de la Mairie surmontée d'un beffroi dont l'unique intérêt est de sonner chaque heure , les premières notes du " Chant du départ " , chant de guerre préféré dit-on de Napoléon 1er , composé par l' Ardennais Méhul , natif de Givet .

 

Du perron de l'office du tourisme récemment rénové ,vous aurez la meilleure vue d'ensemble de la Place Ducale , comme le démontre ce timbre émis en 1983 par l'administration des postes , et qui  fut  le 1er à être édité en France au format panoramique .

 

Découvrons maintenant le 3ème côté de la Place Ducale avec , vous l'aurez sûrement remarqué , un pavillon dôté d'un dôme monumental.

Cet édifice ( à l'origine il  en avait été prévu quatre ) a été modifié et reconstruit à partir des plans originaux dans les années 80.

 

     

Quittez la place ( vous y reviendrez tout à l'heure ... ) par la rue qui prolonge la rue du Moulin et profitez en vous retournant un instant de cette autre perspective : parfait alignement d'immeubles  dont Charles de Gonzague avait voulu qu'ils soient uniquement à un étage et exclusivement réservés à de riches commerçants , auxquels il avait offert le terrain, assorti d'une franchise d'impôts : privilège princier , oblige .Vous êtes dans la rue de la République dite aussi " rue piétonne " pour avoir été  la 1ère en 1977 .

Le long du parcours , ne manquez pas de lever la tête pour apercevoir les  4 statues d'époque , nichées deux par deux en vis à vis qui décorent encore les façades .

 

Au bout de la rue , la chaussée s'élargit  . Vous êtes dans l' ancienne " Grand-rue " rebaptisée Rue Bérégovoy , où se trouve la maison natale de Jean-Nicolas-Arthur...Rimbaud ( plaque au N°12 ) .

Un peu plus loin la statue du fondateur de la ville, déplacée au grand dam et à grand frais de sa place d'origine ... vers ce qui était l'entrée de la ville  au début du 19e s .

 

 

Retournons sur nos pas vers la ville du 17 e siècle .

Impossible de ne pas remarquer son entrée en voyant côté gauche l'immeuble de briques rouges et de pierres jaunes  au toit pentu , recouvert d'ardoises de pays . A mi-chemin de la rue Saint Charles ( devenue rue de la République à la Révolution ) , vous tournez à droite .

 

La  rue de la Paix offre au N° ...  un magnifique exemple de boutique à cette époque .

Au bout de la rue , vous débouchez sur la place de la prison ( toujours en activité ! ) . Oublions l'endroit  et regardons plutôt de l'autre côté .

 

A l'angle , immanquable , vous attend le " Grand Marionnettiste qui jouxte l'Institut International de la  Marionnette . Lorsqu'il veut bien fonctionner ... ce personnage sorti de l'imagination de Jacques Monestier , vous fait revivre en 12 tableaux ( 1 par heure... ) la légende ardennaise des " quatre fils Aymon " .

 

Passez sous le porche.

Ce passage vous conduit dans la cour du Musée de l' Ardenne dont la visite est passionnante car il retrace non seulement l' histoire  des Gonzagues et de leur ville mais aussi toutes les époques , de la Préhistoire à la Révolution française  à travers des objets issus de fouilles , découvertes, legs, effectués en Ardenne exclusivement .

 

Les collections du Musée raviront notamment les numismates et les collectionneurs d'armes à feu  car les Gonzagues frappaient monnaie et Charleville avait une prestigieuse manufacture royale d'armes .

      

 

En ressortant vous aurez le plaisir de retrouver , comme promis , les arcades de la cîté princière et d'emprunter une troisième rue donnant sur la place et perpendiculaire aux deux  premières : c'est la rue du Petit Bois . A l'angle de celle-ci et de la Rue Victor Cousin que vous allez emprunter , se trouve une inscription en fer , datée ... . Descendez la rue . Presqu' en face d'un restaurant dénommé " Au cochon qui louche " , un portail monumental vous donnera une idée de ce que pouvait être un hôtel particulier .

 Au bout de la rue à gauche se trouve la maison natale de Dubois Crancé , célèbre représentant du peuple, immortalisé debout sur une chaise , bras tendu vers l'orateur sur le tableau de David " Le serment du jeu de Paume " et qui devint Ministre de la guerre avant qu' un certain Bonaparte ... ne s'empare du pouvoir .

 

 

Tournez à gauche , empruntez  la rue d'Aubilly . Au N° 14 , une superbe porte et son heurtoir ... Tournez encore à droite , rue H.Taine et descendez . Là aussi votre oeil désormais expert devrait reconnaître quelques bâtis d'époque .

Vous vous retrouvez au " Vieux moulin " . Traversez le bras de Meuse qui l'alimentait ( une plaque marque la crue historique de 95 ) puis traversez la Meuse  par la passerelle ( 1930 ) suspendue du Mont Olympe .

 

 

Cet endroit est le lieu de promenade favori des Carolomacériens le week-end. Passez derrière le camping en longeant les pontons où s'amarrent les bateaux de passage puis le club nautique et franchissez la passerelle du port de plaisance .

Vous voilà sur la plaine de jeux du Mont Olympe avec en point de mire ,le centre aquatique . Profitez des multiples infrastructures sportives ( basket,handball,pétanque,ping-pong,tennis,rollerpark ) en libre accès ! et laissez jouer vos enfants sur les nombreuses aires de jeux .  

Votre promenade s'achève ici mais retenez l'endroit car c'est le meilleur accès à la très fréquentée " Voie verte " qui démarre quelques centaines de mètres plus loin.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×