Le tympan de l' église Saint Rémi de Baâlons

Le Tympan de l' église de Baâlons est méconnu des historiens d' art et pourtant il s' agit d' une oeuvre exceptionnelle . Si la plus ancienne trace écrite de l' existence du village et de l' église remonte au XIe s , des découvertes fortuites à travers les âges et un chantier de fouille en 1982 ont attesté d' une présence humaine sur le site à l' époque gauloise et gallo-romaine . Située en terre mérovingienne puis carolingienne ( Charlemagne avait un palais à Attigny ) , l' église actuelle est bien romane si l' on considère la période de référence pour ce style architectural ( 950-1150) mais l' on peut supposer qu' elle succède à un édifice antérieur ...

 

Baalons102008 009 copie 2

 

Ce qui frappe en premier le visiteur c' est le mélange de pierres utilisées . Baâlons comme les communes aux alentours se trouve sur des terrains jurassiques . Le sous-sol calcaire par endroit exploitable , a permis d' extraire localement un calcaire silicieux dur et à proximité ( Louvergny ou Mazerny ) un calcaire blanc du plus bel effet .

 

Pourquoi donc n'avoir pas utilisé un seul type de pierre ?

 

Mettons tout de suite de côté un parti pris esthétique : les pierres blanches ne forment aucun motif et leur répartition semble anarchique . Pourtant à y regarder de plus près on peut constater que la plus grande partie d' entre - elles se trouvent en partie basse ... Plus intéressant encore , ces moellons sont appareillés de manière continue sur le côté gauche du portail d' entrée . On peut en conclure que les pierres en calcaire blanc proviennent d' un premier édifice , beaucoup plus modeste si l' on considère la proportion de pierres de cette teinte . Reste à déterminer sa date d' édification . Pour cela il faut s' intéresser en premier lieu au tympan du portail . 

 

Mystérieux au premier abord , il a suscité bien des interrogations .

 

Trois personnages nous font face . Au centre , un homme revêtu d'un long habit tient un livre de la main gauche et une crosse ( attribut religieux dont l' usage est mentionné dès le 5e s ) de la main droite . Cet ecclésiastique de haut rang pourrait être un abbé mitré ( car la crosse est tournée vers lui ) ou un évêque , hypothèse plus plausible . Un détail cependant attire l' attention , l' homme est pied nu ... Des anges ou plutôt des archanges ( ils sont armés ) l 'entourent . Depuis le concile de Rome en 745 , confirmé par celui d' Aix la Chapelle en 789 , l' Eglise n' en reconnaît plus que trois : Gabriel , Raphaël et Michel .

 

Baalons102008 010 copie 3 copie copie 

La scène représente très vraisemblablement la montée au ciel de Saint-Rémi  ( 437-530 ) , évêque de Reims qui baptisa Clovis , le roi de Francs en 486 après J-C .

 

Grégoire de Tours au 6e s , dans son Histoire des Francs avait fait connaître l' évêque , lui prêtant à l' adresse de Clovis le fameux : '' Courbe doucement la tête ... adore ce que tu as brûlé , brûle ce que tu as adoré ... '' . Au 9e s Hincmar , évêque de Reims , proche de Charles II le Chauve ( l' un des quatre petits-fils de Charlemagne ) va se servir de l' image de Rémi  pour asseoir et renforcer le pouvoir du prélat de Reims , afin qu' il soit seul abilité à remettre la couronne royale . Vers 870, Hincmar écrit '' Vita Sancti Remiggi '' . L' ouvrage qui relate la vie de Saint Rémi et recense ses miracles comprend également son testament dans lequel on trouve une référence à sa crosse d' évêque '' Argenta Cambutta ''. L' Evêque qui a sacré le roi ne s' arrête pas là , il encourage le culte des reliques du Saint qui a désormais sa fête au calendrier grégorien le 13 janvier ( de nos jours le 15 ) . Enfin il veille à ce que l' on conserve une trace iconographique de la vie de Rémi comme le prouve , la magnifique plaque de reliure en ivoire conservée au Musée de Picardie à Amiens et datée du 9e s . Une centaine d' années plus tard Flodoard ( 894-966 )  à qui l' on doit l' anecdote du Vase de Soissons écrit son '' Histoire de l' Eglise de Reims '' (958) . Il y donne des détails inédits sur la fin de vie du Saint , ses miracles post-mortem et une version augmentée de son testament . Sous sa plume on peut lire : '' Il visitait avec sa sollicitude paternelle toutes les paroisses de son diocèse '' et aussi '' Une femme de Château-Porcien nommée Rotgas , depuis longtemps privée de l' usage de ses jambes , recouvra tout à coup la santé , tellement que venue en chariot , elle s' en alla de son pied chez elle .''

 

Comme on peut s' en rendre compte , tout est réuni pour que l' on consacre dès le 10e s , une église à Saint Rémi d' autant que le testament de l' évêque livre des détails très intéressants .

 

A sa mort l' apôtre des Francs ( titre honorifique post-mortem accordé par Hincmar dès 852 ) lègue les terres qu' il possède dans les Ardennes à l' Eglise de Reims . '' Portensi habeo territorio '' , les terres que j' ai dans le Porcien dont celles de '' Balatonium '' qui d' après l' abbé Bouché ( en 1861 ) signifierait ... Baâlons !

 

Baalons102008 010 copie copie

Mais revenons à l' église . La facture du tympan , traité en méplat ( faible relief ) est très rare et n' a pas d' équivalent que nous sachions en France hormis peut-être la croix de Corseul de même que celle de l' église de Malmy (08). Il correspondrait à la fin de la période pré-romane comme les autres motifs , des rosaces , semblables à celles de l' église de Romainmôtier et datées du 8e siècle . Dès lors on peut raisonnablement imaginer un réemploi . L' édifice précédent devait ressembler à une chapelle à nef unique et à voûte charpentée . Détruit au moment des invasions normandes ( en 881 , Reims est aux mains des Vikings ) , le bâtiment construit vraisemblablement au 9e siècle est probablement rebati à la fin du 10e sur le modèle des premières églises romanes à tour - porche , (contemporaines des premiers châteaux en pierre) comme celle du château de Sedan vers 1050 .

 

Baalons102008 009 copie copie copie copie

Il est temps de faire parler le tympan de l' église de Baâlons et pour cela rendez-vous le 13 ou le 15 janvier devant le portail occidental de l' édifice . A midi précis , jour de la fête du Saint , le soleil viendra peut-être illuminer le visage de Rémi ! L'ange de droite , descendu sur terre ( ailes vers le sol ) , esquissera le signe de croix , rappelé initialement par 3 disques floraux ( 2 subsistent ) et l' âme de Rémi montera au paradis accompagné par l' ange de gauche ( ailes vers le ciel ) emportant avec lui son testament spirituel .

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×