Jean-Baptiste Clément , un Ardennais d' adoption

 

 

Buste de Jean-Baptiste Clément à Nouzonville

 

Fils du patron d'une minoterie , J-B Clément renonce très jeune à la fortune de ses parents pour devenir ... ouvrier ... à 14 ans ! Se passionnant pour la politique , il défend les idées socialistes dans un journal qui est rapidement interdit par le régime de Napoléon III .Incarcéré à Paris , il ne doit sa libération qu'à la défaite de ... Sedan et à la déchéance de l'Empereur . Partisan de la poursuite de la guerre , il participe à la " Commune de Paris " dans le clan des Communards contre les Versaillais . Condamné à mort sous la 3e République , il s'exile en Belgique et ne revient en France qu'une fois amnistié en 1879. Vers 1885, J-B Clément s'installe dans les Ardennes . En 1888, il fonde le journal '' L' Emancipation '' dont le siège social se trouve d' abord au 7 puis au 1 de la rue Gonzague. Candidat à la députation à deux reprises (1888 et 1893) , il sera à l'origine de la syndicalisation des ouvriers ardennais , parvenant par la grève générale à obtenir pour les tisseurs des manufactures de draps de Sedan, une augmentation de salaire. Le  1er mai 1891 , 7000 ouvriers se sont rassemblés au cimetière de Charleville. J-B Clément et 250 d' entre-eux , sont bloqués à leur retour par un peloton de gendarmerie en bas du Cours Briand. Arrêté pour regroupement illégal et rebellion , le syndicaliste est jugé sur place le lendemain . Condamné à 2 ans de prison , il est transféré à Nancy. En 1894, J-B Clément usé par les luttes , quitte les Ardennes pour Paris où il s'éteint à l' âge de 66 ans . Quelques années plus tôt il écrivait '' s'il m' arrive de mourir à Charleville , mon corps appartiendra à la fédération des travailleurs socialistes des Ardennes "

 

 

                                                                         

                                                                                          Jean-Baptiste Clément photographié par Nadar qui immortalisa aussi Rimbaud

L'auteur du célèbre " Temps des cerises " * est enterré au cimetière du  Père Lachaise . Son épouse , Thérèse , repose elle , au cimetière Saint Julien à Charleville.

 

* Chant préféré de François Mitterrand ,il fut interprété à ses obsèques en 1996 par la chanteuse lyrique Barbara Hendricks, place de la Bastille à Paris .

                 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×